Ma mère faisait partie de ces gens qui avaient toujours un stock d’avance de cadeaux, gadgets, souvenirs à offrir. Quand quelqu’un venait à la maison, peu importe qui, un ami, de la famille, un enfant, une femme ou un homme, à chaque visite impromptue, à chaque fête oubliée, elle avait quelque chose à donner plus ou moins bien ciblé. Je ne l’ai jamais vue prise au dépourvue. Les gens adoraient ses petites intentions, elle avait un réel don pour les relations humaines. De tous ses voyages, elle se ramenait de l’authentique artisanat local ainsi que des objets qu’elle adorait mais aussi tout un tas de souvenirs kitsch comme la fameuse plaque d’immatriculation de New York ou le diplôme de Harvard de son voyage aux USA cadeau noël, bien sûr pour son entourage proche, elle achetait cadeau original mais pour les autres, elle avait toujours une babiole à partager. Sous son lit, il y avait deux coffres que je prenais pour la caverne d’Ali Baba et dans lesquels on trouvait de tout. J’adorais les ouvrir et les explorer mais je ne prenais jamais rien.